Bien choisir son Disque Dur SATA HDD, SSHD, son SSD Interne et Portable (Externe)

Avant d’investir dans un disque dur SATA ou SSD interne ou externe, il est intéressant de regarder des comparatifs.

En effet, selon un article paru dans les numeriques.com :

« Plus réactifs et plus rapides que les disques durs mécaniques, les SSD ont peu à peu pris place au sein des ordinateurs, qu’ils soient portables ou sédentaires. Capables de donner une seconde vie à un ordinateur à bout de souffle, ils ne se valent pas tous, d’où l’importance de comparer avant d’acheter.« 

1. LE DISQUE DUR SSD INTERNE

Qu’apporte un SSD par rapport à un SATA « classique »?

  • Rapidité avec temps d’accès très courts
  • Silencieux
  • consommation électrique réduite
  • panne plus faible (pas de pièces mécaniques).

En effet, un disque dur SSD est, selon le site ( https://www.mptech.fr/), un dispositif de stockage de données qui utilise une mémoire non volatile (NAND) (par exemple une mémoire flash) ou une mémoire volatile (par exemple la mémoire SDRAM), pour stocker des données, plutôt que les disques tournants que l’on trouve sur les lecteurs de disques durs conventionnels.

Selon le site : https://www.config-gamer.fr  :

  • Le SSD a une VRAIE utilité pour le Systeme d’exploitation (OS) + les applications.
    Concernant les jeux PC, il vaut mieux privilégier leur installation sur un disque dur classique ou prévoir un second SSD de grande capacité pour en installer certains.
  • Il ne faut jamais défragmenter un SSD ! Cette opération inflige un nombre aussi impressionnant qu’inutile de lectures mais surtout d’écritures qui useront les cellules de votre SSD.
    Les performances d’un SSD ne sont pas affectées par la fragmentation des fichiers comme le sont celles d’un disque classique. La fragmentation est même en quelque sorte bénéfique car elle permet une usure uniforme des cellules.
  • Le SSD permet de diminuer les temps de chargement d’un jeu. Ainsi, les parties se chargeront donc plus vite. On y gagne donc sur tout ce qui concerne les « chargements » !

LES CRITERES DE CHOIX : 

  • Le MTBF : Le temps moyen de bon fonctionnement ou MTBF (Mean Time Between Failure) est une mesure de la fiabilité qui est employée avec des définitions variables dans divers secteurs industriels.
  • Le temps de garantie : Pour les SSD, les temps de garantie vont de 3 à 10 ans en fonction de la marque et de la gamme.
  • Transfert maximal en lecture et écriture : Attention, ce sont des chiffres théoriques fournis par les marques.
  • La connectique : On va simplifier le marché, on va dire qu’il n’y a que 2 choix. Format 2,5″ en SATA ou connectique M.2.
  • IOPS : Pour rester des plus réactifs en multitâches, le contrôleur du SSD doit supporter un maximum d’IOPS (Input/Output Operations Per Second, opérations d’entrée/sortie par seconde).

 

Que prendre? SSD 2.5 ou M.2 ?

  • Le SSD SATA format 2.5 :  c’est le format « classique » et le plus répandu.  (C’est le même format que nos traditionnels disques mécaniques).
    Il est à privilégier dans le cas ou vous n’êtes pas compatible M.2 ou que vous ne souhaitez pas vous intéressser à cette technologie.
  • Le SSD format M2 :

Samsung 970 evo

Le format M.2, plus récent, a été pensé directement pour les SSD : les barrettes sont plus fines, et plusieurs variantes sont proposées. Il propose des débits supérieurs donc cela diminue encore les temps de chargement .
Rappel M.2 : Vérifier bien que votre carte mère (ou PC portable Gamer) posséde cette connectique.

LES POINTS CLES A SAVOIR (selon les numeriques.com)

SLC, MLC, TLC et QLC
Quatre types de mémoire existent et se distinguent par le nombre de bits que chaque cellule peut contenir, compris respectivement entre 1 et 4. Plus il y a de bits par cellule, plus l’usure est rapide et l’accès ralenti. Les constructeurs ont néanmoins des parades logicielles pour que cela ne se ressente pas.
 
L’interface
Les SSD traditionnels sont au format 2,5″ et utilisent une interface SATA. D’autres formats existent, notamment le M.2/NVMe, qui permet de faire exploser la bande passante disponible et donc les débits.
 
Mémoire 3D
Les constructeurs se tournent désormais vers de la mémoire dite 3D. Les cellules mémoire sont toujours organisées sur une grille, mais plusieurs grilles sont superposées et reliées par des tubes microscopiques. Une technique qui permet d’augmenter la densité et donc de diminuer les coûts.
 
Accélération logicielle
Les SSD de faible capacité sont généralement moins rapides car il n’est pas possible de paralléliser autant les accès que sur ceux de plus grande capacité. L’astuce des constructeurs : proposer un mode turbo qui permet d’accélérer le débit dans certains cas précis.
 
Cache avancé
En plus du mode turbo, certains SSD disposent d’un cache avancé. Les données copiées sont d’abord stockées dans la mémoire vive, à un débit ultra-rapide, puis déversées sur le SSD a posteriori. Une façon artificielle d’augmenter le débit qui n’est pas sans conséquence : une coupure d’électricité au mauvais moment et les fichiers sont perdus.

 

QUELQUES COMPARATIFS POUR INVESTIR

DANS UN DISQUE DUR SSD INTERNE

 

* Comparatif SSD INTERNE1 : ICI
* Autre comparatif SSD INTERNE2 : ICI

 

2. LE DISQUE DUR SSD

PORTABLE OU EXTERNE

 

Selon Tomshardware et leur site :

A mi-chemin entre les disques durs externes et les classiques clés USB, les SSD portables reprennent le meilleur de ces deux mondes : la capacité de stockage des premiers et la résistance des seconds. Mais quel modèle choisir ?

De même, selon numerique.com,

Le marché des disques durs externes était jusqu’ici scindé en deux, avec une offre 3,5″ et une autre 2,5″. Sous ces pouces se cache en fait la taille de l’appareil, le 3,5″ est volumineux, nécessite une alimentation externe mais propose des capacités supérieures à un tarif meilleur marché. Ceux en 2,5″ s’alimentent par leur port USB et tiennent dans une main.
Depuis peu, un troisième larron s’est invité au programme, il s’agit du SSD EXTERNE OU PORTABLE. Souvent bien plus petit que le HDD externe 2,5″, il se veut beaucoup plus rapide, propose un temps de réponse incomparable et, sans pièce mécanique, il est plus résistant au transport et aux chutes. Le revers de la médaille se situe au niveau de la tarification, beaucoup plus élevée que celle des disques mécaniques qui, par ailleurs, proposent des capacités de stockage bien plus élevées.

QUELQUES COMPARATIFS POUR INVESTIR

DANS UN SSD PORTABLE

 

 

3.    Le Disque Dur SATA (HDD et Hybride) Interne

 

Selon config.com

Quels sont les critères de choix?

C’est pour quoi faire?

  • Un peu de tout ?  On privilégiera du HDD 7200 Trs/min ou du SSHD.
  • Du stockage pur ? On prendra probablement un disque « green » en 5200Trs/min
  • Une utilisation spécifique ? Vidéosurveillance ou disque NAS ? Alors préférez des gammes de disques spécifiques.

Quelle vitesse de rotation?

HDDC’est l’élément qui indique la rapidité d’un disque dur à plateaux magnétiques. La vitesse de rotation s’applique aux plateaux qui tournent autour de l’axe du disque dur. Elle s’exprime en tours par minute (RPM). Plus cette donnée est élevée, plus le disque dur est rapide… et plus il est bruyant, gourmand en électricité et aura tendance à chauffer. La norme est de 5400 tours/minute pour un disque dur interne de stockage pur (Green) et de 7200 tours/minute pour un disque dur interne classique (Tout terrain).

 

Quelle capacité de stockage?

  • Des fichiers? de la bureautique? 500 Go suffisent
  • Des vidéos et photos? 1 Téra c’est bien

 

SSHD ou HDD ?

SSHD veut dire : Solid State Hybrid Drive, c’est un disque hybride comprenant un disque dur de grande capacité et un SSD servant de mémoire tampon.

Seagate s’est rapidement illustré sur le marché des disques durs hybrides avec ses Momentus XT. Depuis le début de cette année, le constructeur remanie sa gamme en abandonnant les disques à 7200 rpm. Les SSHD conservent le principe de fonctionnement des disques hybrides et combinent un SSD de 8 Go qui fait office de cache à un disque dur à plateau classique à 5400 rpm. Un circuit électronique dédié se charge d’analyser les flux de données et répartit le stockage entre les parties SSD et HDD. L’avantage des SSHD sur les systèmes avec un SSD de type « Ready Cache » est l’absence de pilote ou de logiciel. Un SSHD est vu comme une seule unité de stockage et fonctionne avec n’importe quel OS. Si les SSHD ont des performances proches d’un disque dur dans les benchmarks, en pratique et à l’usage, ils rivalisent avec le SSD (voir la vidéo en bas de l’article). En contrepartie, ils consomment plus qu’un disque dur classique de même capacité ou qu’un SSD. Leur faible vitesse de rotation les rend vraiment très silencieux.

Selon Config Gamer :

    • Si vous avez un budget inférieur à 800€, Ce sera votre Disque principal (7200 Trs/min obligatoire) ou un SSD Interne 1 Téra.
    • Si vous avez un budget , entre 800 et 1000€, nous vous conseillons l’utilisation d’un SSHD
    • Si vous avez un budget supérieur à 1000€ , ce sera un SSD comme disque principal et un HDD 7200Trs/min en disque secondaire. (Disque de stockage (Vidéos/films/Application))

Remarques de Config Gamer

1. Disque dur Hybride ou appelé également SSHD – La haute réactivité

Notre avis :  « Si vous ne pouvez pas vous payer un SSD , un SSHD c’est le top pour goûter à la réactivité !  Mais attention, la durée de vie est un peu moindre qu’un disque dur classique« 

Si vous n’avez pas le budget pour un SSD le SSHD est une excellente solution. Un disque hybride améliorant la performance globale du système, pour des démarrages plus rapides, des chargements d’applications plus courts et une réactivité accrue par rapport aux disques durs standard
Le SSHD , mélange la technologie du SSD avec celle des disques dur. Si les SSHD n’explosent pas les benchs théoriques, ils n’en demeurent pas moins excellents dans les tests pratiques comme le PC Mark 7 ou plus explicite encore dans le démarrage de Windows.

A titre d’exemple, un disque dur hybride de bon rapport qualité prix coûtera 64.50 euros pour une capacité d’1 Téra. On le trouve : ICI

 

2. Video de Config Gamer pour monter un disque dur interne dans un PC : ICI

 

3. Une petite video comparant démarrage, arrêt et exécution de tâches entre 3 disques durs internes : SSD, Hybride et HDD : ICI

 

QUELQUES COMPARATIFS POUR INVESTIR

( HDD interne / SSHD (hybride) interne / HDD externe) : 

 

DISQUE DUR INTERNE HDD (Grande Capacité : de 1 à 8 Téras)

Comparatif Disque Dur Interne HDD1

Comparatif Disque Dur Interne HDD2

Comparatif Disque Dur Interne HDD3

Comparatif Disque Dur Interne HDD4

 

DISQUE DUR INTERNE HYBRIDE SSHD

Comparatif Disque Dur Interne Hybride (SSHD)1

Comparatif Disque Dur Interne Hybride (SSHD)2

 

DISQUE DUR SATA EXTERNE HDD

Comparatif Disque Dur SATA HDD1

Comparatif Disque Dur SATA HDD2

 

Prendre soin de son disque dur externe; SATA OU SSD?

Prendre soin de

son disque dur externe

 

Le magazine « Que Choisir » a réalisé un article très intéressant sur les disques durs. Voici ce qu’il nous conseille :

1. FAIRE DES

SAUVEGARDES RÉGULIÈRES

Transférer des fichiers sur un disque dur externe est un jeu d’enfant. Il suffit de les « copier » puis de les « coller » dans un dossier du périphérique. Toutefois, prenez garde à ne pas juste « déplacer » les dossiers, mais à bien les « dupliquer ». C’est seulement dans ce cas que vous disposerez d’une réelle copie, que vous pourrez récupérer si le fichier d’origine disparaît.

– Certains fabricants fournissent avec leurs appareils des logiciels qui facilitent le transfert des données, voire permettent de configurer le PC pour qu’il crée automatiquement sur le disque dur une copie de sauvegarde des nouveaux fichiers.

– On peut également stocker sur son disque dur externe des « sauvegardes système ». Ce sont de véritables photographies de l’ordinateur, qui faciliteront la réinstallation des programmes en cas de plantage complet.

 

2. ÉVITEZ TOUS CHOCS

Pour conserver ses données le plus longtemps possible, il faut qu’elles aient été correctement enregistrées. C’est la base. Or, les disques durs externes sont des machines fragiles qui craignent les chocs. Évitez de bouger le disque dur pendant les phases de transfert de données. Il suffit en effet d’un soubresaut pour que la tête de lecture vienne rayer la galette, risquant d’entraîner une perte de données. Ces appareils ne sont pas non plus conçus pour résister à des chutes brutales, et même si les modèles portables sont plus solides que leurs homologues de bureau, ils ne sont pas incassables. Installez votre disque dur sur une surface plane, où il ne risque pas d’être bousculé. Pour les baroudeurs, des appareils plus résistants munis d’amortisseurs et de coques souples existent.

3. PRENEZ SOIN DU DISQUE DUR

– Les disques durs n’aiment guère la chaleur. Installez le vôtre à l’abri de la lumière directe du soleil, afin de ne pas le soumettre à des températures trop hautes qui pourraient l’endommager prématurément. À noter : si un appareil est chaud, ce n’est pas forcément mauvais signe. « Nous équipons de plus en plus souvent nos modèles de coques métalliques qui renvoient la chaleur vers l’extérieur, explique Minh Le, directeur marketing de LaCie. Au toucher, l’appareil semble très chaud, mais l’intérieur est protégé. »

– Évitez de trop remplir votre disque dur : surchargé, il sera moins fiable. Et, bien sûr, prenez garde de ne pas le débrancher pendant les transferts de fichiers.

– Si vous ajoutez et effacez fréquemment des fichiers, vous pouvez de temps en temps procéder à une défragmentation. Cette opération, qui consiste en une réorganisation des fichiers présents sur le disque dur, améliorera ses performances.

Bon à savoir. Malgré toutes ces précautions, un disque dur externe n’est pas éternel. Sa durée de vie moyenne est de 5 à 7 ans, et rien ne permet de savoir avec précision quand il tombera en panne. « De toute manière, les utilisateurs devront certainement renouveler leur équipement avant, tant la capacité de stockage et la vitesse de transfert qu’affichent les appareils d’aujourd’hui leur paraîtront faibles d’ici quelques années », prédit le directeur marketing de LaCie.

4. VARIEZ LES SUPPORTS

DE SAUVEGARDE

S’il est bien adapté au stockage temporaire, le disque dur externe n’est pas idéal pour une conservation des données à long terme.

– Pour conserver vos données le plus longtemps possible, gravez-les sur des DVD ou des disques Blu-ray, à vitesse moyenne. Vérifiez que l’enregistrement a été réalisé correctement, puis stockez les disques dans un boîtier à l’abri de la lumière, de l’humidité et des changements brutaux de température.

– Il est désormais possible de conserver ses données en ligne via le cloud. Les prestataires (Dropbox, Hubic, iCloud, Skydrive, les FAI, etc.) offrent en général les premiers gigaoctets de stockage. Pour plus de capacité, il faut payer. Par ailleurs, certains fabricants de disques durs externes et quelques fournisseurs d’accès à internet mettent à la disposition de leurs clients un espace de stockage en ligne.

IMPORTANT : Tous les enseignants de l’Académie de Lille disposent d’un cloud d’1 Téra = 1 000Go (ONEDRIVE 365). Il s’agit d’un contrat signé entre le Ministère de l’Education Nationale. De ce fait, ne pas hésiter de sauvegarder sur son cloud pro.

5. CONTRÔLEZ SES COPIES

– Quel que soit le mode de sauvegarde choisi, un contrôle régulier s’impose. Vérifiez de temps en temps que les fichiers peuvent s’ouvrir. Un disque dur externe doit être redémarré régulièrement, sous peine de se gripper définitivement.

– Si, sur votre disque dur externe, certains documents présentent des défauts, il est temps de les recopier tous sur un nouveau support. Si vous possédez le fichier d’origine, sauvegardez-le une nouvelle fois. Dans le cas contraire, essayez de le transférer sur l’ordinateur. Si vous y arrivez, c’est qu’il ne contenait pas d’erreur non corrigible. Il ne reste plus qu’à le sauvegarder à nouveau.

 

REMARQUE IMPORTANTE :

Même les « moins bons » disques durs SSD restent plus performants que les meilleurs disques durs SATA. Ils n’émettent aucun bruit ni aucune vibration, ne chauffent pas et résistent très bien aux chocs.

Création Numérique : Concevoir un journal, un album numérique et l’exporter (ENT ONE, CREADONA, Didapage, PadPublic, Fais ton journal)

1. ENT ONE 

 

Dans notre nouvel ENT « ONE », nous avons la possibilité de créer un livre ou un journal numérique. En effet, une application appelée « Cahier Multimédia » permet de concevoir un produit numérique très intéressant.

Celui-ci est exportable et partageable.

One propose un tutoriel vidéo disponible : ICI

 

2. CREADONA

Un logiciel bien pratique que j’ai déjà testé plusieurs fois et qui, à mon avis, a fait ses preuves est : CREADONA

Il permet :

  • D’insérer des photos et dessins scannés
  • D’enregistrer sa voix et celle de ces élèves
  • D’ajouter du texte, des formes, des images.
  • De régler la durée de chaque diapo.

Le logiciel est téléchargeable : ICI

On peut utiliser également CREADONA sur tablette, l’APK est disponible : ICI

 

 

Remarques :

  • Une vidéo de présentation du logiciel CREADONA est disponible : ICI
  • Un exemple de tutoriel est disponible : ICI

 

3. IphotoDram

Si on veut ajouter des flèches, des bulles sur une photo, un petit logiciel sympa qui se nomme iPhotoDram est disponible : ICI

 

 

4. Didapage

Créer un livre numérique est également possible avec un logiciel DIDAPAGE.

Un exemple de livre numérique conçu avec DIDAPAGE sur le site l’Académie de Nantes : ICI

Son téléchargement est disponible : ICI

 

5. Fais Ton Journal

Un logiciel sympa pour écrire un journal est : « Fais Ton Journal ».

Son téléchargement : ICI

Sa prise en main disponible par un fichier d’aide : ICI

 

6. Pad Public et Privé

On peut concevoir des Pad que l’on partage.

On peut en créer un de suite : ICI

Sa prise en main est disponible en vidéo : ICI

 

7. Ecrire dès l’âge de 4 ans avec un logiciel facile d’accès : ECRIVONS

Écrivons est un traitement de textes simplifié
pour les enfants de cycle 2, c’est-à-dire de 5,
voire 4 ans à 8 ans environ. Il ne propose que 3 polices,
correspondants aux trois graphies utilisées
à l’école maternelle. Par défaut, l’enfant écrit en majuscules
d’imprimerie et retrouve donc les lettres du clavier de
l’ordinateur. Il peut également choisir de voir et imprimer
son texte en scripte ou en écriture liée. Les autres fonctions
disponibles sont l’agrandissement et la réduction de la taille
du texte.

Son téléchargement est disponible : ICI

 

8. Comphone

On ne présente plus cette application qui est très populaire et réellement bien faite.

Elle permet en effet de rapidement concevoir un livre numérique exportable en un fichier vidéo et partageable.

L’application est disponible sur le Playstore : ICI

 

9. En ligne nous avons la possibilité de créer un livre, un journal.

 

* BookCreator

en Ligne grâce au navigateur Google Chrome :

En effet, cette application, disponible depuis un Pc ou une tablette permet de créer des livres numériques (au format epub) comportant textes, écriture ou dessin, photos, vidéos, sons…

On peut concevoir 20 livres par an gratuitement. Ainsi, les familles peuvent y accéder depuis chez eux.

On y accède grâce au navigateur Chrome et en cliquant sur ce lien : ICI

IL suffit d’avoir une adresse mail pour concevoir des livres et / ou un journal.

Un tutoriel très bien fait pour prendre en main ce sympathique outil est disponible ci-dessous.

BookCreator Tutoriel Academie Grenoble Sept19

 

* MADMAGZ

C’est un service en ligne permettant de créer des magazines avec des maquettes. (https://madmagz.com/fr)

En effet, MADMAGZ nous dit :  » Madmagz est un site Internet qui permet de créer de façon simple et collaborative des journaux scolaires Web, PDF ou papier.« 

Il existe une partie gratuite mais la partie payant offre bien plus de possibilités.

Son tarif est de 65 euros / an pour une école (on peut le retrouver : ICI).

Un guide de prise en main (création de compte, concevoir un journal en ligne pas à pas,…) est disponible en téléchargement : ICI

Une expérimentation a été menée avec la DANE de Lille, on peut la retrouver : ICI

Quelques exemples de production :

  • Un collège a réalisé un magazine sur le thème du Street Art, production primée au niveau européen. On peut visualiser ce magazine : ICI
  • Un magazine, découvert sur le site de l’OZP et  conçu par une école qui montre différents moments de la journée d’une classe de CE1 : ICI
  • Des élèves de 5ième d’un collège sur les discriminations dans l’HISTOIRE : ICI

La DANE de VERSAILLES a mis à disposition des tutoriels et exemples : ICI

Enfin, MADMAGZ a une chaîne YOUTUBE avec ses propres tutoriels pour « prendre en main » facilement l’outil : ICI

 

 

* PETITS LIVRES MULTIMEDIAS

  • Directement sur le site de Pramatice, on peut concevoir des petits livres multimedias et même consulter des exemples de production. On retrouve cette opportunité : ICI

* CAHIER EU

  • Avec mes « cahier.eu » Il suffit juste de créer un compte avec une adresse mail.

le site est disponible : ICI

Un exemple de livre créé : ICI

*FLIPSNACK

  • Avec FlipSnack, on peut concevoir des livres multimédias  en ligne. Une version « classique » permet déjà pas de chose. Un version Education donne davantage de possibilités.

La version « Classique » est disponible : ICI

La version Education est disponible : ICI

 

10. Je veux créer des histoires

en ligne : une site micet.fr

 

On peut retrouver cela : ICI

 

Il existe d’autres outils pour concevoir un journal ou un livre numérique. Si je repère sur le web un autre outil, je l’ajouterais à cet article.

Connaitre les caractéristiques, l’identification de son PC

Pour pouvoir intervenir sur un PC, (gérer les « Boot », rechercher des pilotes), on a parfois besoin des caractéristiques de son PC voire l’identification du PC.

 

Voici les différentes méthodes :

 

Méthode1 : Windows + R et saisir dxdiag

 

Méthode2 : Dans le panneau de configuration, saisir :

info et prendre à propos de ce PC

 

Méthode 3 (pour avoir surtout l’identification de son PC : Windows + R puis regedit puis aller dans :

HKEY_LOCAL_MACHINE\SOFTWARE\Microsoft\Internet Explorer\Registration

L’ID se trouvera sur la ligne : ProductId

 

Méthode 4 avec l’excellent logiciel en ligne DRIVERCLOUD

 

Méthode 5 : avec le logiciel Speccy que l’on peut télécharger : ICI

 

Méthode 6 : avec le logiciel Advisor qui donnera un inventaire précis et les logiciels installés sur son PC. On peut le télécharger : ICI

Advisor est un logiciel se chargeant de faire l’inventaire du matériel et des logiciels installés sur votre PC. A son lancement, Advisor demande une petite minute afin d’examiner votre système.
La liste des cartes et des périphériques installés s’affiche alors ainsi que celle des logiciels installés sur votre PC. Ces listes sont très complètes, vous y trouverez même la marque et le modèle de votre carte mère !

Advisor pourra être utile à tous ceux qui souhaitent connaître exactement ce qu’ils possèdent sur leur machine et qui ainsi pourront mettre à jour leurs logiciels et les pilotes de leurs périphériques avec les versions les plus récentes.

 

1 2 3 4 5 58